Construction d’un mini biglophone

Salut à tous,

Ce week end avec ma collègue, on s’est lancé dans la construction d’un mini biglophone dans le cadre du Festival D à Nantes, qui aura lieu fin mai/début juin cette année.

Avant de commencer…
Mini biglophone… Quoiçça ?

Un mini biglophone, c’est un biglophone miniature

Ok, mais encore… ?

Un biglophone, c’est ça :

Montage bizare

Un montage, a base de MakeyMakey, constitué d’un support métallique et de verres (en plastique) remplis de n’importe quel liquide (alcoolisé ou non ^_^) et relié à un ordi (un Mac en l’occurrence) et qui fait de la musique.
C’est beau, c’est fun, c’est lourd et ça prend de la place

Dans le cadre du Festival D, on a décidé de présenter un biglophone, mais qui devait être un peu adapté pour l’occasion :

  • Plus petit ! On va prendre l’avion et le trimballer pendant on sait pas combien de temps
  • Plus léger ! On va prendre l’avion et le trimballer pendant on sait pas combien de temps
  • Plus autonome ! On va prendre l’avion et le trimballer pendant on sait pas combien de temps

L’idée, donc, c’est de récupérer un vieux portable, le vider entièrement, faire un système pour fixer des verres dessus et intégrer, à l’intérieur, une raspberry pi et une makeymakey… Ainsi, on aura qu’a trimballer deux portables, et un petit sac de matériel.

Barbitude inside !

Barbitude inside ! (cc La grotte du barbu )

 

Mini biglophone

On commence par tout démonter

Mini biglophone

Vraiment tout… Il reste que la structure

Mini biglophone

La raspy et la makeymakey, test de placement

Mini biglophone

Vue plus globale

Mini biglophone

Avec le clavier remis en place et les verres aux emplacements voulus

Mini biglophone

Bricolage du support pour la raspy

Ça donne une idée du résultat final… :)

Publié dans divers

Petits débuts en python

Hello et bonanée !

Petite entrée en matière en Python, et pour la peine je me suis amusé à faire un petit script à la fois simple et…. inquiétant ?

Tout le monde connait Twitter, ce réseau social ou quasiment tout est public (sauf les messages privés). Twitter permet également de géolocaliser ses tweets.

Personne ne connait le site http://onemilliontweetmap.com/ qui regroupe sur une carte, « tous » les tweets géolocalisés de tout le monde, quasiment en temps réel.

J’ai décidé de faire un truc du genre de one million tweet map, mais focalisé sur une seule personne.

Twitter dispose d’une API assez complète, même si elle possède certaines limites pour éviter les abus, plus d’info sur leurs site de dev

Pour un premier script (après l’incontournable « hello world! »), je dois avouer que je suis pas mécontent du résultat…
Le fonctionnement est simple : on appelle le script :

 $ python tweet2gearth.py -s -c 400 un_utilisateur_twitter

Le script récupère les 400 derniers tweets (ainsi que l’image de profil, au passage) de l’utilisateur, ne garde que ceux possédant une géolocalisation, et exporte ces informations dans un fichier .kml, qu’on peut ouvrir dans Google earth par la suite. radical.

Voilà le résultat, avec un utilisateur, très loquace, pris au hasard dans one million tweet map :

Carte tweets

 

Une fois dans Google earth, on peut classer les repères par ordre croissant… ce qui permet d’avoir une idée plus ou moins claire du trajet qu’a fait la personne sur le laps de temps couvert par les repères.

Pire… En regardant d’un peu plus près les tweet, l’heure et le taux de tweets par endroits, on peut assez facilement déterminer le domicile, le lieu de travail ou les lieux de « loisirs » habituels de l’utilisateur. En analysant plusieurs jeux de données sur plusieurs jours différents, on peut même faire ressortir les habitudes (trajets, horaires de travail, etc…)

Et tout ça, avec des données librement accessibles, gentiment données par des utilisateurs sans doute un peu inconscients.

Vous pouvez trouver ce script (pas très propre, mais après tout, j’apprends…) sur mon github

Tagués avec : ,
Publié dans Code

De&Co à la mode Prusa

Logo mélange crane et open source hardwareSalut à tous,

Aujourd’hui (hier, en fait), j’ai décidé de décorer un peu la boîte de mon imprimante 3D

Rien de bien extraordinaire en soi : un pochoir, une bombe de peinture et le tour est joué

Le pochoir, en l’occurrence, à été fait avec du scotch de masquage que j’ai ensuite découpé en suivant le motif que je voulais peindre.
J’ai fais ça pour deux raisons :

  • Tout d’abord pour éviter que la peinture en bombe ne bave trop en passant sous le pochoir mal collé,
  • Et surtout, parce que le motif est assez velu, et faire un pochoir « normal » n’aurait pas été facile du tout

Les différentes étapes :

placement du scotch de masquage à l’endroit du motif, report  du motif dessus

Pochoir

Découpage, au cutter… long, fastidieux, mais obligatoire, puis évidage du scotch

Pochoir

Rajout de feuilles pour bien protéger ce qui ne doit pas être peint

Pochoir

Bombage

Pochoir

Retrait de tout le scotch restant, et on admire le résultat :P

Résultat final

Résultat final

Voila, c’est pas grand chose mais ça fait passer le temps quand il fait pas beau dehors ^_^

Publié dans 3DPrinter, divers

Annonces

Annonces